VOUS ETES DANS LA PARTIE
D'EDDY MITCHELL ACTEUR

LES PAROLES



FEVRIER 2000
Interview d'Eddy dans l'express à l'occasion de son actualité chargée.

Eddy Mitchell: Blake, Mortimer et moi

Interview effectué par par Gilles Médioni paru le 03/02/2000.
Publié Avec l'aimable autorisation de l'Express. Merci à eux.
© L'EXPRESS tout droits réservés

A l'occasion de la sortie de La Machination Voronov, le chanteur dit tout le bien qu'il pense des deux héros inventés par Edgar P. Jacobs


La Machination Voronov, dessinée par André Juillard sur un scénario d'Yves Sente, est la troisième aventure de Blake et Mortimer depuis la disparition d'Edgar P. Jacobs (1904-1987). Jacobs, père des huit premiers chapitres (dont La Marque jaune), fut boy de Mistinguett, artiste lyrique, décoriste et coloriste pour Hergé, avant d'inventer ces deux héros mythiques de l'Intelligence Service et de la Ligne claire. Juillard, auteur des 7 Vies de l'Epervier, et Sente, directeur éditorial des éditions du Lombard, forment la deuxième équipe lancée par les éditions Dargaud pour ressusciter Blake et Mortimer - Jean Van Hamme et Ted Benoît, auteurs de L'Affaire Francis Blake (1996, 670 000 exemplaires vendus), achèvent parallèlement L'Etrange Rendez-vous. L'histoire documentée et bien ficelée de La Machination Voronov est située en 1957, année de guerre froide, du traité de Rome et du lancement du premier Spoutnik. Eddy Mitchell, fan de la première heure, raconte pour L'Express sa passion de Jacobs.

Qu'est-ce que Blake et Mortimer représentent pour vous?
C'est la première bédé européenne alliant réalisme et fantastique. Le dessin, conçu dans la formation de la Ligne claire, s'inscrit comme le pendant d'Hergé. Un hommage évident et complice est offert au père de Milou à la page 19 de La Machination Voronov: le clin d'œil au Sceptre d'Ottokar est flagrant et ô combien sympathique! Jacobs a su éviter les bons sentiments de l'asexué Tintin, et pourtant nous ignorons tout des penchants érotiques éventuels de nos deux héros.

L'affiche de votre concert se réfère explicitement à La Marque jaune.
Ma reconnaissance pour l'œuvre de ce baryton d'opéra raté - tant mieux pour nous! - est naturelle: l'œuvre de Jacobs dépasse la bédé. Elle s'engouffre dans le cinéma (jamais exploité!), le cartoon (loupé!), voire la musique. Imaginez la bande originale de La Marque jaune! Cela donnerait ce que Tim Burton a offert à Batman. Un régal!

Comment voyez-vous la «renaissance» de Blake et Mortimer?
Le travail de Sente et Juillard est titanesque. L'univers de Blake et Mortimer est sauvegardé, jalousement préservé et respecté. Cela n'a rien à voir avec l'essai manqué du regretté Bob De Moor [NDLR: le tome 2 des 3 Formules du professeur Sato, paru en 1990]. Bref, un sans-faute. Bravo

 


Toute reproduction interdite sans l'accord de son webmaster. Merci de consulter les MENTIONS LEGALES
Destination Eddy copyright 1998-2017